Retour à la brocante en caméra cachée

N’étant pas disponible pour retourner à la brocante de Besançon, c’est donc mon pote Martin qui est retourné à la brocante à ma place. Comme j’y étais déjà allé avec lui, et qu’il se trouve qu’il connaît bien le vendeur (il lui a déjà acheté pas mal de disques), c’était l’occasion parfaite ! Il a du coup décidé de filmer le tout en caméra cachée, à la fois pour me permettre de profiter de son excursion, mais aussi parce qu’il voulait la tête du brocanteur quand il lui dirait qu’il nous a vendu une bobine des frères Lumière pour une bouchée de pain. Je pense d’ailleurs qu’il a bien fait de se raviser en cours de route, parce que sinon il risque de nous monnayer chaque information qu’on lui demandera. Bref, après un peu de montage, voici la vidéo en question :

Du coup, il est censé passer chez moi dans le week-end pour me déposer tout ça, mais de ce qu’il m’a dit au téléphone, ça a l’air d’être des papiers d’un certain âge, et ça ressemble à des lettres. Et j’avoue que je suis impatient pour le coup, en plus y en a une belle épaisseur, ça me fera de la lecture ! Bref, dès que j’aurai pu mettre la main dessus, je vous retiendrai au courant.

Aprem projection : découverte d’une bobine des frères Lumière ?

Voilà, j’ai fini le montage de tout ce que j’ai filmé dimanche. C’était une excellente après-midi, on s’est bien marrés et c’était la première fois que je diffusais des bobines 35mm dans mon propre appart ! J’ai essayé de faire un truc assez concis, mais faut dire que y’avait pas loin de 45 minutes de vidéo, alors j’ai du couper des blagues vaseuses et des jeux de mots pourris au montage !

Par contre ouais comme vous avez pu le voir à la fin de la vidéo, c’est assez ouf, on a encore un peu du mal à réaliser. Pour être honnête, on sait pas trop quoi penser, du coup on va essayer de retourner voir le brocanteur en fin de semaine en espérant qu’il soit là. Je pourrai pas y aller moi-même vu que je n’habite pas à Besac’ et que je suis pris, mais mon pote Martin doit le connaître, j’y suis déjà allé avec lui et c’est un mec qui lui vend souvent des vinyles. Donc bon, on verra bien s’il a d’autres trucs, mais pour être honnête je pense pas que le mec soit au courant. Déjà parce qu’il a probablement pas de quoi projeter la bobine, donc il en ignore le contenu, et surtout parce que 5€ pour une bobine des frères Lumière, si elle est authentique, le mec va s’en mordre les doigts pendant un moment !

Bref, je vous retiens au jus dès que possible, mais truc de ouf’ !

Des emplettes à la brocante !

Salut à tous ! J’ai passé une bonne partie de mon samedi après-midi à la brocante de Besançon, et si le temps aurait pu être plus agréable, l’ambiance est toujours au rendez-vous ! Comme je vous le disais en vous parlant de la brocante de Noël, tous ces gens qui s’affairent, ces breloques dans tous les sens pour une bouchée de pain, il y’a un côté authentique, presque terroir, qui fait plaisir à retrouver en 2015. Bref, c’était sympa, et en plus j’ai trouvé un truc assez intéressant : j’ai acheté un petit lot de bobines et de pellicules en vrac pour trois fois rien ! Tout est en 35mm, et vous me ferez remarquer que je n’ai pas de projecteur 35mm. Je vous répondrai pour commencer : comment savez vous tout ça ? Et ensuite, figurez-vous qu’un ami à moi est lui aussi pas mal fan de cinéma, et qu’il collectionne pas mal de trucs. Et il se trouve qu’il possède un projecteur 35mm dans sa collection. Pas tout neuf évidemment, mais enfin, il marche, et il doit normalement passer dans l’après-midi pour visionner tout ça !

Donc voilà, on va voir ce que ça donne, au pire ça m’aura pas coûté bien cher. J’vais filmer tout ça et tenter d’en faire une petite vidéo, niveau ambiance ça devrait être sympatoche. J’essaierai de faire le montage dans la soirée, mais bon, on sait jamais combien de temps ça peut prendre. En tout cas, je vous posterai le résultat de cette après-midi projection dès que possible. En gros, je vous retiens au courant !

Jazz pour tous #2 : Keith Jarrett – The Köln Concert

keith-jarrett-the-koln-concert-1975Bon, j’avais dit que je le publierais dimanche, mais au final j’ai été dépassé par les événements. Bref, l’important c’est que ça y est, voici le second article dédié au jazz accessible pour tous. Comme quoi, j’espérais en faire une rubrique régulière, et pour l’instant, c’est pas flagrant, mais on va essayer de poursuivre le concept ! Et aujourd’hui, je vais vous parler d’un disque que l’on pourrait qualifier d’incontournable, il s’agit encore une fois d’un live, aujourd’hui, mesdames et messieurs, je vous parle du Köln Concert de Keith Jarrett !

Lire la suite

Anacharlie, c’est fini !

Voilà, tout est dans le titre, j’espère que ça vous a plu ! Dommage d’avoir au besoin d’un événement aussi tragique pour avoir du matériau sur lequel travailler, mais je suis assez satisfait de ce récit. C’est pas forcément terrible ni parfait, mais l’exercice était aussi agréable qu’il pouvait l’être, et ça fait toujours du bien de se mettre des contraintes, de se mettre un peu la pression. Du coup j’ai rajouté une petite ligne au-dessus de chaque chapitre pour permettre aux gens ayant raté tout ça et qui tombent dessus par hasard de ne pas être complètement largués.

Pour ceux qui voudraient lire ou relire « Anacharlie », voici donc l’histoire dans l’ordre :

Pour ma part, je vais faire une petite pause niveau rédactionnel concernant ce blog. Mais je vous rassure, je vous reviens dès la semaine prochaine (le week-end, par contre) pour vous parler… de Jazz ! Ouais, ça faisait un moment que je ne vous avais pas parlé de Jazz, et j’ai déjà ma petite idée concernant l’album dont je vais vous parler…

Anacharlie #10

[NOTE : Ce texte fait partie d’une oeuvre de fiction sur les attentats du 7 janvier 2015 dans les locaux de Charlie Hebdo. Cliquez ici pour retrouver l’histoire complète dans l’ordre !]

Aucune idée du jour qu’il est. Mais les choses ont bougé. Peut-être en bien, peut-être en mal, difficile à dire. Cela fait de toute façon bien longtemps que ces mots ont été vidés de leur sens. En tout cas, cette journée est différente. Apparemment, un coup d’état a porté ses fruits, puisqu’on n’a plus de gouvernement. Peut-on s’attendre à un retour partiel de nos libertés ? Difficile à dire. En tout cas, les autonomistes doivent jubiler. L’armée va t-elle prendre quelques libertés concernant ses prérogatives ? Probable. Mais ils ne pourront pas réglementer la vie de tout le monde. Encore que. Vont-ils réussir à arrêter les terroristes ? Difficile à dire. Quelle va être la nouvelle cible de ces derniers ? Impossible à savoir, on ne sait même pas s’ils revendiquent l’état. Fait-il bon vivre, sur ce territoire dévasté ? Difficile à dire. Je ne crois pas. Et moi ? Moi, je suis fatigué, fatigué de tout ça, à bout de forces, et mort de faim. J’ai cru comprendre qu’un groupuscule essayait de recréer une société basée sur l’entraide et la liberté. Je vais les rejoindre, je crois. Peut-être vais-je devenir un « terroriste », mais il n’y a plus personne pour nous interdire de faire quoi que ce soit Enfin, pour l’instant. Ni dieu, ni maître, hein ? On verra. Je n’ai plus rien à perdre, de toute façon.

« Lorsque un seul homme rêve, ce n’est qu’un rêve. Mais si beaucoup d’hommes rêvent ensemble, c’est le début d’une réalité. » Hundertwasser

« Une utopie est une réalité en puissance. » Herriot

« La lutte c’est comme la vie, elle s’arrête seulement quand la mort nous attrape » Angrykultur

Anacharlie #9

[NOTE : Ce texte fait partie d’une oeuvre de fiction sur les attentats du 7 janvier 2015 dans les locaux de Charlie Hebdo. Cliquez ici pour retrouver l’histoire complète dans l’ordre !]

Cela fait un moment que j’ai perdu le compte des jours. Que j’ai perdu la notion du temps de façon générale. Le cycle jour / nuit se répète encore et encore, et les journées ne sont pas bien différentes l’une de l’autre. Meurtres, violences, attentats, répression et mépris des libertés se succèdent dans un ballet terne et monotone. Malgré les dénégations du gouvernement, enfin, si l’on peut encore appeler ça un gouvernement, nous vivons bel et bien une période de guerre civile. La révolte gronde, et la paix est bien loin d’être revenue.

Lire la suite